Toscane de Pinocchio

La Toscane de Pinocchio est celle décrit par Carlo Collodi, l'auteur toscan de Pinocchio.



Catégories :

Pinocchio - Personnage de théâtre - Théâtre - Toscane

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le parc de Pinocchio se trouve près du Jardin de Collodi, d'ici on traverse le fleuve... Vacanze in Versilia - Le guide de vacances sur la cote Toscane... (source : vacanzeinversilia)
  • ... Collodi, localisé en Toscane sur la commune de Pescia, ... Mais à Collodi, tout est à l'effigie de Pinocchio.... Park Hotel Arcobaleno... (source : 123savoie)
  • Pinocchio Park, Toscane : consultez 2 avis, articles et photos de Pinocchio... Le pinocchio Park est à collodi, environ à 10 km de montecatini terme, ... (source : tripadvisor)

La Toscane de Pinocchio est celle décrit par Carlo Collodi, l'auteur toscan de Pinocchio.

Florence

Carlo Collodi est né, a vécu la majorité de sa vie et est mort à Florence. Tous ses papiers personnels ont été légués à la Bibliothèque Nationale de la ville.
Florence est une ville, à l'époque de Collodi, où l'amour proverbial de la discussion réussit plutôt à faire obstacle, à tourner en dérision qu'à approfondir réellement, où une vocation sincère à la pédagogie est tempérée par l'aspiration des Florentins à devenir légèrement tous des «grillons parlants», et on retrouve bien entendu cet état d'esprit et cette notion de «culture parlée» dans Pinocchio.
Florence est la patrie de la langue de grands écrivains italiens dont fait partie bien entendu Carlo Collodi avec Dante en particulier et aussi Pétrarque et Boccace.

Le village de Collodi

Le postulat que semble avoir posé Collodi n'est-il pas finalement que tout un pays (l'Italie), et en fait tout l'Univers, tient linguistiquement dans un village, et n'est-ce pas là, la réponse à l'interrogation sur l'universalité de Pinocchio et une anticipation du concept de «village-monde» né un siècle plus tard pour traduire le rétrécissement de notre planète conséquence de la globalistion et de l'instantanéité ?

De la route qui, de Pescia mène à Lucca, on arrive à Collodi par une déviation de 1 km. Le bourg se trouve sur la commune de Pescia en Valdinievole dans la province de Pistoia en Toscane (à 60 kilomètres au nord-ouest de Florence). C'est un village célèbre pour avoir donné, comme pays natal de sa mère Angelina Orzali, son pseudonyme à Carlo Lorenzini, l'auteur des Aventures de Pinocchio. Le bourg de Collodi a trois centres d'intérêt : le vieux bourg dit Collodi Castello, la Villa Garzoni (1633-1652) et ses jardins baroques, confiés à l'imagination de l'architecte Ottaviano Diodati et le Parc de Pinocchio. Trois itinéraires différents et indépendants qui néenmoins ont en commun une insertion harmonieuse dans le paysage toscan. L'imagination du visiteur est ainsi orientée vers des domaines inhabituels, romanesques ou féeriques. La villa de la puissante famille des Garzoni où la nature organisée se veut le reflet de la culture toscane du XVIIe siècle ne se visite pas. Conçus en terrasses et sur un axe constitué par un escalier, les plans arborés, agrémentés de jeux d'eau, de statues et de grottes se répondent en formant une mosaïque.

Le vieux bourg dit, Collodi Castello, dont le nom est mentionné sur des documents dès la fin du XIIe siècle a une origine certainement comparable à celle de nombreux autres bourgs ou château médiévaux. Des mobiles en particulier militaires poussent la population qui réside dans la vallée à construire des fortifications sur la colline surplombant cette vallée. Cette colline est dite Colline d'Odo ou de Odolo. C'est ce nom d'origine germanique qui a donné naissance au toponyme de Collodi. Bénéficiant d'une excellente position stratégique, Collodi a ensuite la malchance de se trouver sur la frontière entre le territoire de Lucques et celui de Florence qui se disputent sa possession pendant plus d'un siècle, de 1329 à 1442. Après de nombreux sièges et saccages Collodi devient un avant-poste fortifié de la République de Lucques avec une économie basée sur la culture de l'olivier et sur l'exploitation de la force hydraulique des eaux de la Pescia Mineure, ou Pescia de Collodi, au moyen de nombreux moulins à eau, de meules à huile, de filatures de soie et de papeteries.

Ce bourg a une architecture vraiment originale, aujourd'hui toujours, on ne peut le parcourir qu'à pied. C'est une cascade de petites maisons accrochées au flanc d'une colline escarpée. En haut, il y a l'antique roche : la Rocca, en bas, la majestueuse Villa Garzoni. Le long des rues étroites et pavées, les maisons conservent leur implantation médiévale. On trouve des restes de fortifications moyenâgeuses et au sommet du village l'église paroissiale San Bartolomeo du XIIIe siècle. À l'intérieur, sont conservées d'importantes œuvres d'art. Un tableau du XVIe siècle représentant La Vierge sur le trône délivré par certains à l'école deRaphaël. Et trois œuvres du XVe siècle, deux sculptures en bois : la Vierge à l'Enfant et San Bartolomeo, cette dernière de l'école de Jacopo della Quercia, et enfin, une terre cuite de l'école de Matteo Civitali représentant Santa Lucia.

Collodi, village de moyenne montagne de l'Appennino pistoiese, altitude 125 mètres, est un des hameaux de Pescia (chef-lieu, altitude 62 mètres) qui comprend aussi les autres hameaux suivants qui se situent à une altitude variant de 60 à 750 mètres : Aramo, Castellare, Castelvecchio, Fibbialla, Medicina, Pietrabuona, Pontito, San Quirico, Sorana, Stiappa, Vellano, Veneri.

La Villa Garzoni

La Villa Garzoni[1] de style baroque, barre presque l'accès au vieux bourg qui semble rassemblé derrière elle , elle fut construite entre 1633 et 1652 sur les restes du château des Garzoni.
C'est un puissant édifice dont les pièces se distinguent par la couleur différente de leurs tapisseries. La Chambre Rouge où on dit que logea Napoléon Bonaparte et la grande cuisine méritent une mention spécifique. Y travaillèrent les grands-parents de Carlo Lorenzini et lui-même y passa une grande partie de son enfance. Le parc réalisé aux temps de la construction de la villa et enrichi successivement de statues et de jeux d'eau revêt un particulièrement grand intérêt. De l'entrée, deux splendides montées à double rampes introduisent aux terrasses supérieures. Là, une longue cascade se conclut avec une statue de la Renommée qui souffle dans une conque de laquelle jaillit particulièrement haut un jet d'eau. Des curiosités de divers genres animent les parcours latéraux. Revêtent un intérêt spécifique autant le Petit Théâtre que le Labyrinthe, un des rares parmi ceux d'âge baroque à être parvenu jusqu'à nous. Les Bains, normalement scindés selon le sexe des baigneurs, étaient pourvus d'une ambiance musicale commune animée par la présence de musiciens disposés de manière à ne pas pouvoir voir ce qui s'y passait. Au-delà du porche et de la cour, on aperçoit le bizarre et délicieux Pavillon d'été, œuvre de la seconde moitié du XVIIIe siècle que certains attribuent à Ottavio Diodati, aux formes curvilignes recherchées contrastant avec la linéarité de la Villa elle-même. La famille Garzoni, propriétaire jusqu'aux années 1920, avait été, depuis le XIVe siècle, maîtresse du pays et des territoires à peu prèsnants.

Le jardin de la Villa

La renommée européenne de la Villa[2] est cependant en particulier liée à son splendide jardin baroque, un des rares en Europe qu'on peut toujours apprécier dans ses formes et ses structures d'origine. Commencé au XVIIe siècle, avec la restructuration de la Villa, et terminé à la fin du XVIIIe selon des plans d'Ottaviano Diodati, il devint vite particulièrement réputé pour son extraordinaire impact visuel. Il exploite en effet savamment la pente de la colline pour proposer de grands escaliers, des jeux d'eau, des groupes de sculptures allégoriques et mille parcours secondaires, enrichis de grottes, de petits édifices, de statues en terre cuite, etc.

Pescia et la Valdinievole

La Valdinievole

Un voyage dans l'histoire, dans la culture et dans les traditions des lieux donne un petit échantillon de ce qu'on trouve dans la Valdinievole. Antiquement nommée «Vallis Nebulæ» : vallée du brouillard ou des nuages, puisque le terrain était essentiellement marécageux. Après assainissement voulu expressément par Pierre Léopold de Lorraine, Prince Royal de Hongrie et de Bohème, Archiduc d'Autriche et Grand Duc de Toscane, elle devient une riante vallée tendrement enlacée par les collines qui se ramifient depuis les Apennins. D'anciens bourgs médiévaux la couronnent en la dominant depuis les collines. Dans la vallée, on trouve des villages caractéristiques, des villas, des parcs, de célèbres stations thermales et des zones protégées. Les produits typiques locaux sont de qualité et parmi ceux-ci, on trouve quelques exclusivités de la région.

Pescia

Pescia, sur le territoire de laquelle se trouve par conséquent Collodi est la capitale de la Valdinievole et unit les monuments de valeur de son passé médiéval à une intense activité productive, concentrée en particulier sur la floriculture. Elle présente les caractéristiques d'une cité médiévale née sur les deux rives du torrent Pescia, avec son centre historique bâti autour de l'église paroissiale et du marché.
Parmi les monuments les plus significatifs de Pescia méritent une visite, le beau Dôme baroque flanqué d'un clocher du XIVe siècle et la Bibliothèque capitulaire où est conservée une belle petite statue de l'école de Della Robbia. À voir aussi, l'Oratoire de Sant'Antonio Abate, remontant au XIIe siècle et remaniée au siècle suivant, et l'église de San Francesco, reconstruite au XVIIe selon son style gothique original. À l'intérieur, on peut admirer un retable de Bonaventura Berlinghieri représentant Saint François et les récits de sa vie. Sur la rive droite du torrent Pescia se trouve la longue place Mazzini, prise entre le Palazzo dei Vicari du XIVe et la Chiesa della Madonna di Pie'di Piazza, avec sa façade dans le style de Brunelleschi. En parcourant les silencieuses ruelles en amont de cette place, on rejoint place Santo Stefano où se trouve le Museo Civico Carlo Magnani, abrité dans un beau palais du XVIIIe. On y conserve des tapisseries, des sculptures et des peintures de l'école toscane du XIVe au XVIIe siècle. Mérite aussi une visite la gypsothèque du sculpteur Libero Andreotti, présentée dans les locaux du Palazzo del Podestà.
Son hôpital moderne est dédié à Saints Cosma e Damieno. Il prend ses origines dans la tradition médiévale des hospitaliés dont fait partie l'église Saint-Antoine du XIVe siècle. Il servait à conforter les pèlerins le long de la voie Francigena dont deux branches nord-sud traversent l'Apennin en suivant exactement les vallées des deux torrents : celui de Pescia et celui de Collodi. Le long de cette voie, de nombreux hameaux ont conservé leur aspect ancien de bourgs fortifiés et aussi de centres religieux, comme en témoignent l'église paroissiale San Bartalomeo à Collodi et celle romane de Castelvecchio. Itinéraires particulièrement intéressants du point de vue culturel, entrecoupés de pauses culinaires savoureuses comme, par exemple, les fameux haricots de Sorana[3], produit typique d'un petit village de la montagne des environs de Pescia. On passe ainsi du centre ville au territoire de la commune. On peut apprécier aussi un témoignage de l'histoire la plus récente des environs de Pescia : les anciens établissements industriels, le long des cours d'eau naturels ou canalisés. Ce sont des papeteries (à cette activité est dédié un musée à Pietrabuona), filatures, tanneries, toutes structures remises en valeurs et étudiées uniquement depuis peu de temps. Depuis l'après Seconde Guerre mondiale Pescia est , par contre, un des principaux centres italiens de la floriculture (fleurs sur pied) qui a sa vitrine l'ensemble des deux ans avec la "Biennale des Fleurs".

Le Parc de Pinocchio à Collodi

Le Parc de Pinocchio ne pouvait naître qu'à Collodi. L'ancien village est resté celui d'il y a un siècle, caractéristique avec sa cascade, des maisons qui d'en haut de la colline descend jusqu'à la Villa Garzoni et son Jardin scénographique du XVIIIe siècle. Ici naquit la mère de Carlo Lorenzini. L'écrivain y passa son enfance prés de ses grands-parents Orzali. On comprend les raisons qui poussèrent le journaliste et le brillant écrivain à adopter le pseudonyme de Collodi. L'imaginaire des Aventures de Pinocchio y trouve ses origines et y prend cette force qui en a fait un chef-d'œuvre sans limite, ni d'espace, ni de temps. Collodi conserve en soi le caractère d'un lieu féerique et concret à la fois, dans lequel l'histoire force notre imaginaire.
Réalisé sur une période de trente ans, entre 1956 et 1987, il ne s'agit pas d'un parc de divertissement classique, mais plutôt d'un lieu fantastique d'une rare suggestivité, d'un précieux exemple de création collective d'artistes de grande personnalité. La sensation est celle de parcourir une fable vivante, dans une ambiance divertissante spontanée et naturelle, et en jouissant de la tranquille beauté de l'art et de la nature.
L'idée de célébrer à Collodi le fameux pantin avec un complexe monumental a été, en 1951, celle du maire de Pescia de l'époque, le professeur Rolando Anzilotti qui forma le Comité pour le monument à Pinocchio et voulut faire appel aux artistes les plus célèbres du moment pour évoquer Pinocchio sur sa terre d'origine.
Quatre-vingt quatre sculpteurs répondirent en présentant leurs projets au concours national ouvert pour la réalisation du monument.
La victoire alla ex æquo à Emilio Greco pour Pinocchio et la Fée ainsi qu'à Venturino Venturi pour la Placette des mosaïques.
C'est ainsi que, en 1956 fut inauguré le grand et désormais célèbre groupe de sculptures en bronze, haut de cinq mètres, qui représentent symboliquement le passage de Pinocchio du pantin au petit garçon et symbolise le parcours humain de la marionnette, alors que les mosaïques de la Placette narrent avec originalité les principaux épisodes des Aventures.
Cette première partie du Parc fut réalisée par les architectes Renato Baldi et Lionello De Luigi. Avec les années le Parc s'est toujours enrichit de nouvelles réalisations. En 1963 fut inaugurée l'Auberge de l'écrevisse rouge, avec le restaurant du même nom, œuvre de l'architecte Giovanni Michelucci, dont les travées rouges rappellent les pinces d'une écrevisse.
Au sud du Parc fut élevé en 1972 le Pays de jouets, parcours fantastique au travers qui plus est d'un hectare de maquis méditerranéen, imaginé par Pietro Porcinai constellées de 21 sculptures en bronze de Pietro Consagra et de constructions de l'architecte Marco Zanuso.
Une petite galerie conduit au Village de Pinocchio, d'où part un sentier en pierre peuplé des figures du roman : le Carabinier moustachu qui barre la route en forçant les enfants à lui passer entre les jambes, et toujours le Grillon parlant, le Grand Théâtre des marionnettes, le Chat et le Renard, le Bois des assassins, la Fée enfant et sa Maisonnette Blanche, avec l'Escargot concierge et la Chambre où Pinocchio reçu la visite des trois docteurs.
Dans le Champs des Miracles voisin brille l'Arbre des sequins d'or. Légèrement plus loin voilà le Serpent vert. Et toujours les Quatre lapins qui portent un cercueil pour convaincre Pinocchio d'avaler ses médicaments. Puis apparaît la Fée avec les bras grands ouverts. Le Crabe qui vous asperge d'eau. Les Filets et la Poêle du Pêcheur Vert. Et ensuite Pinocchio, transformé en Baudet dans le Pays de jouets, contraint à s'exhiber dans un cirque. Enfin le Grand Requin, dans la bouche duquel on peut entrer pour aller voir Geppetto. Du sommet du grand monstre, sur lequel on peut monter, on voit la Chevrette et le Pantin qui salue.
À ce point le roman est terminé, mais l'itinéraire fantastique continue avec le Labyrinthe, la Grotte des Pirates, le Bateau corsaire, les Roues sonores actionnées par l'eau. Enfin, dernier rendez-vous pour les visiteurs, le Laboratoire des Mots et des images, découvert par Giovanni Michelucci et réalisé en 1986 sur le projet de Carlo Anzilotti : un espace où sont accueillies régulièrement des expositions d'illustrations pour la littérature d'enfance, des œuvres d'artistes du monde entier, des expositions et laboratoires didactiques dont un est consacré à de magnifiques manèges d'époque, des dessins et réalisations des enfants et des écoles pour l'«Anniversaire de Pinocchio». Avec des programmes à thème pluriannuels, un Centre d'exposition a auprès du visiteur une action prospective de redécouverte des images et des valeurs artistiques et pédagogiques trop fréquemment négligées.
La parcours littéraire du Parc est marqué par un mariage original entre art et ambiance végétal. La progression est tortueuse et la végétation touffue fait que chaque étape est surprenante et inattendue. A travers plus d'un hectare les plantes sont les plantes typiques du maquis méditerranéen. Sauf aux lieux où il s'agit d'accompagner les épisodes les plus extraordinaires, alors la végétation aussi assume une apparence plus extravagante et originale.
Les œuvres qui composent le Parc de Pinocchio sont de haut niveau artistique et d'un langage accessible à tous. Le livre de Pinocchio a en effet la même valeur métaphorique et magique qu'une fable même s'il a toujours un contenu didactique et symbolique. En conséquence il possède la qualité de tout chef d'œuvre qui est celle d'être lisible à n'importe quelle époque. Actuellement, la signification et la symbolique du livre ne peuvent pas être scindées du monde contemporain. Hors d'une courte période de temps, une réalisation académique facile ou une reproduction picturale des personnages n'auraient offert ni simplicité de lecture ni impact sur le public. Cette solution de facilité pour traduire de façon critique et figurative le caractère de grande œuvre du livre n'a par conséquent pas été celle retenue.
Le Parc, parmi d'autres activités culturelles importantes, est une des réalisations de la Fondation Nationale «Carlo Collodi», organisme à but non lucratif et institution culturelle.

La Fondation Nationale Carlo Collodi

La Fondation Nationale Carlo Collodi est un organisme à but non lucratif. Sa mission est de développer et diffuser la connaissance de la vie et de l'œuvre de Carlo Lorenzini dit Collodi, l'auteur des aventures de Pinocchio. Dans ce but, elle a créé et gère à Collodi (Province de Pistoia) le Parc monumental de Pinocchio, la Bibliothèque collodienne et le Centre d'étude sur la lecture et la littérature de jeunesse (dédié aux héros les plus représentatifs des ouvrages pour enfants en Europe) et les Amis européens de Pinocchio. Grâce à ces structures permanentes, la Fondation organise des événements culturels toute l'année :

La Fondation, prestigieuse institution culturelle, exerce son activité essentiellement dans les secteurs pédagogique et littéraire. Elle gère aussi et administre le parc. Son siège est la villa Arcangeli du XIXe siècle.
Pour ses activités, elle participe intensément avec des organismes locaux, nationaux et internationaux impliquées dans les mêmes domaines de travail que le sien et parmi ceux-ci, l'Association italienne pour la dyslexie, les Instituts italiens de culture à l'étranger, etc.

Notes et références

  1. qui ne se visite pas
  2. visite payante
  3. À la fin du chapitre I des Aventures de Pinocchio, on comprend mieux pourquoi Maître Antoine pense au morceau de bois qui deviendra Pinocchio : «Ce morceau de bois, le voilà : c'est une vulgaire bûche bonne à jeter au feu pour faire bouillir une marmite de haricots…»

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Toscane_de_Pinocchio.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu