Robert Macaire

Robert Macaire est un personnage imaginaire de bandit, d'affairiste sans scrupule au théâtre et dans l'art.



Catégories :

Personnage de théâtre - Théâtre - Voleur de fiction - Meurtrier de fiction - Personnage de fiction français

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Quand ce traitre reapparait dans Robert Macaire, suite de L'Auberge des ... Louis-Philippe, on pourrait estimer que Robert Macaire est l'incarnation... (source : ci.nii.ac)
  • Robert Macaire est un personnage de L''Auberge des Adrets, terrible satire imaginée par Aubert et illustrée par Daumier et Gavarni. Il y est un financier, ... (source : artfact)
  • Robert Macaire est en effet pour Frédérick ce que Figaro est pour Beaumarchais... joué dix ans de sa vie l'Auberge des Adrets pour faire plaisir à Macaire.... (source : bmlisieux)
Robert Macaire
Personnage de L'Auberge des Adrets
Affiche de Célestin Nanteuil annonçant la sortie des Cent et un Robert-Macaire par Daumier et Philipon
Origine France
Genre Mâle
Activité (s) Bandit
Créé par Benjamin Antier
Pièce (s) L'Auberge des Adrets
Robert Macaire
Interprété par Frédérick Lemaître

Robert Macaire est un personnage imaginaire de bandit, d'affairiste sans scrupule au théâtre et dans l'art.

Il fut créé par Benjamin Antier et incarné par Frédérick Lemaître dans le drame l'Auberge des Adrets, représenté pour la première fois en 1823. Il fut ensuite repris en 1835 dans une deuxième pièce intitulée Robert Macaire.

Antier, Saint-Amand et Paulyanthe avaient composé particulièrement sérieusement un mélodrame sombre, aux phrases pompeuses et ampoulées, l'Auberge des Adrets, dont le principal rôle était conçu pour Frédérick Lemaître, lors de la reprise de cette pièce en 1832 au théâtre de la Porte Saint-Martin.

Ne se faisant aucune illusion sur la valeur de l'ouvrage et craignant d'y faire piteuse figure, le grand acteur imagina, au cours des répétitions, de transformer cette naïve élucubration en plaisanterie. Un personnage grotesque, à la mine dépenaillée, aperçu sur le boulevard, lui donna l'idée de son Robert Macaire. Il fit entrer dans son projet l'acteur Firmin, chargé du rôle de Bertrand.

Le soir de la première représentation, auteurs et directeur furent stupéfiés par la nouvelle manière des deux compères. Ils comptaient sur un succès de larmes : ce fut le triomphe du fou rire. Après 1830, avaient surgi la plupart de drames tout empreints des idées spécifiques d'ironie et de révolte contre l'ensemble des autorités. Ce n'est pas l'un des signes les moins caractéristiques des années qui suivirent 1830 que la popularité du type de Robert Macaire, qui devint l'incarnation, à cette époque agitée, du crime facétieux, du vol spirituel et du meurtre jovial.

Le public, qui semblait prendre un goût malsain à ce que Heinrich Heine appelait le «Robert macairianisme», à cette affectation de tout bafouer, de ne pas croire à la vertu, de rire du vice et de ne plus voir qu'une «blague» dans les sentiments honnêtes et généreux, acclama ce railleur impudent et vicieux. L'Auberge des Adrets devint une sorte de cadre élastique, de scénario complaisant où se renouvelaient chaque jour les improvisations les plus ébouriffantes.

La pièce jouée en 1832 était quelque peu différente du mélodrame primitif ; le troisième acte avait été supprimé et remplacé par une charge restée fameuse : les deux voleurs, poursuivis par les gendarmes, montaient dans une loge d'avant-scène et jetaient sur le plancher du théâtre les deux agents de la force publique assassinés, et figurés par des mannequins, puis aux applaudissements de la foule, ils concluaient par cette maxime :

Tuer les mouchards et les gendarmes,
Ça n'empêche pas les sentiments.

Au moment où Robert Macaire et Bertrand, entourés de gendarmes et de témoins, sentaient qu'ils allaient être découverts, ils se regardaient de travers : «— Sortons, disait Macaire à Bertrand ; il s'agit de vider une affaire d'honneur. —Tenez, marquis, il vaut mieux que nous sortions !» Au moment où on recherchait l'auteur du crime qu'ils venaient de commettre, Bertrand disait avec candeur au brigadier : «Tenez, Monsieur le gendarme, je propose une chose : c'est que n'importe qui s'embrasse et que cela finisse !»

Illustration de Daumier pour Robert Macaire, agent d'affaires.
Illustration de Daumier pour Robert Macaire, agent d'affaires.

Les lazzis des deux coquins obtenaient fréquemment des succès «d'actualités». Quand on leur demandait leur profession, par exemple, leur choix dépendait dans ce cas de l'événement de la veille. Robert Macaire se faisait aéronaute et professeur dans l'art «d'enlever» des ballons ou encore, le lendemain d'un vol à la collection numismatique de la Bibliothèque royale : «conservateur des médailles». Enfin Bertrand disait volontiers : «Ma femme prend des enfants en sevrage et je peaufine leur éducation».

Ce drame tragico-burlesque eut une telle vogue que Frédérick Lemaître lui donna une suite : Robert Macaire, pièce en quatre actes et six tableaux qui fut représentée aux Folies-Dramatiques en 1834. Le parterre fit aux deux coquins un accueil toujours plus enthousiaste que auparavant, et , enhardis par leur popularité, les deux acteurs ajoutaient chaque soir quelque bouffonnerie plus cynique : «c'était leur fête de chaque jour, disait Jules Janin, de s'en aller tête baissée à travers les établissements de cette nation, de faucher à la façon de quelque Tarquin déguenillé, les hautes pensées, les fermes croyances, et de semer, chemin faisant, l'oubli du remords, le sans-gêne du crime, l'ironie du repentir.» Le public encourageait ces audaces en les applaudissant avec d'autant plus de frénésie qu'elles étaient plus irrespectueuses de toute autorité.

Chaque théâtre voulait avoir son Robert Macaire : l'un donna la Fille de Robert Macaire, l'autre le Fils de Robert Macaire, un troisième le Cousin de Robert Macaire. Aux Funambules on jouait Une Émeute au Paradis ou le Voyage de Robert Macaire. Après avoir grisé saint Pierre, le sinistre gredin lui volait les clefs du ciel, mettait le paradis en goguette et débauchait les saints et les anges ; le diable essayait, mais en vain, d'empoigner Robert Macaire qui restait le plus fort et le plus heureux dans l'autre monde comme sur la terre. Les plaisanteries sacrilèges étaient un des épices de cette pantalonnade blasphématrice où on pouvait entendre une oraison dominicale qui débutait par ces mots : «Notre père qui êtes dans la lune.»

Le gouvernement finit par interdire ces spectacles auxquels le public, en particulier populaire, prenait un plaisir excessif qui l'inquiétait. Un soir que Frédérick Lemaître s'était «fait la tête» de Louis-Philippe pour jouer son rôle de Robert Macaire, la police intervint.

Le personnage fut ensuite popularisé par les caricatures de Daumier pour devenir, selon le mot de James Rousseau dans sa Physiologie du Robert Macaire, «l'incarnation de notre époque positive, égoïste, avare, menteuse, vantarde… principalement blagueuse.»

On le retrouve en 1945, dans les Enfants du paradis le film de Marcel Carné où la pièce l'Auberge des Adrets est jouée.

Source

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Macaire.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu