Les trois coups

Au théâtre, les trois coups sont frappés avec un bâton nommé brigadier sur le plancher de la scène, juste avant le début d'une représentation, pour attirer l'attention du public, en particulier lorsqu'il y a un lever de rideau.



Catégories :

Lexique théâtral - Théâtre

Recherche sur Google Images :


Source image : lesclapotisdunyoyo2.blogspot.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Les trois coups du " brigadier " viennent de retentir sous une voûte d'étoiles ; comme en écho, trois battements de cœur explosent en d'autres cathédrales de ... (source : arscene-creations)
  • Deuxièmement : pourquoi appelle-t-on cet objet " brigadier " et pas "gros bâton" ou "le machin pour les trois coups "? Un ouvrier dirigeant une équipe se voit... (source : blog.athenee-theatre)
  • trois coups du brigadier d'une véri- table nouvelle période. Il n'y aura... trois coups du brigadier. Cette formu- le s'applique curieusement au... (source : carre-rouge)

Au théâtre, les trois coups sont frappés avec un bâton nommé brigadier sur le plancher de la scène, juste avant le début d'une représentation, pour attirer l'attention du public, en particulier lorsqu'il y a un lever de rideau.

Cette tradition, surtout française, peut venir du Moyen Âge, où trois coups, symbolisant la Trinité, terminaient le Mystère. Ces trois coups pouvaient être précédés d'onze autres martelés (douze apôtres moins Judas).

Une autre explication fait correspondre les trois coups à trois saluts que les comédiens exécutaient avant de jouer devant la Cour : le premier vers la reine (côté cour), le deuxième vers le roi (côté jardin), et le troisième pour le public.

Dans le théâtre classique français, le régisseur martelait le sol afin d'annoncer le début de la représentation aux machinistes. Par la suite, un premier coup venu des cintres, lui répondait, un second montait du dessous de scène et un troisième des coulisses. Chaque machiniste se trouvant par conséquent bien à son poste, le régisseur pouvait ouvrir le rideau.

Le grade de brigadier était donné à un ouvrier dirigeant une équipe. Le régisseur se servant d'un bâton pour frapper les trois coups, rassemble l'équipe du théâtre pour commencer le spectacle, tel un brigadier rassemblant ses hommes ; on a nommé par métonymie le bâton lui-même un «brigadier».

Le brigadier est fait habituellement en bois avec un morceau de perche de théâtre, décoré de velours rouge et clous dorés.

Pendant des années la Comédie-Française frappait deux fois trois coups, six coups par conséquent, pour matérialiser la jonction des deux troupes, celle de l'Hôtel de Bourgogne et la Troupe de Molière.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_trois_coups.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu